Les Virgules d'Aëmell

Les Virgules d'Aëmell

Conseils d'écriture


"Abandonner" un projet

 

 

Après des semaines, voire des mois, des années! de travail, vous peinez à avancer sur votre roman ou autre projet, la motivation n'est plus la même, vous ne savez plus où vous allez, bref, la question se pose; serait-il plus sage d'abandonner ?

 

 

Il est judicieux de se poser une question: (ou plusieurs si vous voulez)

 

 

Mais tout d'abord et tout simplement; pourquoi ? Pourquoi écrivez-vous ce roman ?

Essayez d'y répondre plus précisément que "pour le finir" ou "pour le publier", ce sera un très bon exercice pour sonder vos motivations et vos buts réels. Bien qu'avoir simplement envie de terminer un roman est un but tout à fait légitime, chercher plus loin vous permettra de mieux vous comprendre.

 

 

 

 

S'il en sort que l'histoire que vous racontez doit absolument être entendue, que vous avez des messages à faire passer, des idéaux à exposer ou d'autres ambitions précises et positives, alors la réponse que je vous donnerais est: n'abandonner pas !

 

Si ce projet vous semble actuellement insurmontable, vous êtes sûrement dans cette phase particulière où l'engouement du début n'est plus présent et où la charge de travail s'est révélée dans toute sa grandeur. Vous n'aviez peut-être pas soupçonné qu'il faudrait y consacrer autant de temps. Mais ne vous inquiétez pas ! Tout projet doit forcément passer par là ! Ça ne peut pas être rose tout le temps ! Entre le départ joyeux et tranquille et le sprint de fin, quand la ligne d'arrivée se dessine, il est normal d'être un peu perdu, voire de galérer. Mais si votre projet en vaut la peine, c'est le moment de ne rien lâcher et de vous remémorer ces buts que vous avez conscientisés quelques lignes plus haut. Utilisez-les pour vous motiver à avancer vers le point final !

 

 

 

 

Maintenant, si vous ne savez pas trop quoi répondre à la question initiale du pourquoi ou si vous pensez intuitivement à quelque chose du genre "il faut bien le finir, je n'ai pas fait tout ça pour rien!", hélas cela signifie peut-être que vous avez perdu de vue la finalité que vous souhaitiez donner à votre roman. Surtout si vous l'avez entamé il y a maintenant bien longtemps et traîné pendant toute une partie de votre vie.

 

C'était mon cas. Et pourtant j'adore ce roman, mes personnages et leur univers, mais j'ai bien dû m'avouer que je voulais juste "en finir une bonne fois pour toute". Et pourtant j'aimais passer du temps dessus, mais il devenait un gros tas de nœuds dont je ne voyais plus le bout, avec des incohérences, des erreurs de débutant (il a été commencé il y a 8 ans tout de même!)...

 

Je ne suis pas en train de dire que tout manuscrit complexe, qui a nécessité de multiples relectures et présente encore des soucis doit forcément être abandonné. Encore une fois, si vous avez identifié clairement vos motivations, je vous encourage à continuer et à démêler tout ça jusqu'à obtenir le petit bijou qu'il peut devenir.

 

Mais dans mon cas, les facteurs "écrit de jeunesse" (ou traîné depuis longtemps), "casse-tête narratif" et "simple envie de finir pour finir" m'ont poussé à admettre qu'il était peut-être temps de le mettre de côté. J'aime ce roman et je sais qu'il contient des messages qui me sont chers, beaucoup même, c'est pourquoi je ne vais pas le supprimer (ne faites jamais ça!). Je vais simplement le mettre entre parenthèses le temps qu'il faudra pour travailler sur un projet qui reflètera davantage mes envies et préoccupations du moment mais j'espère de tout cœur revenir un jour à ce premier roman. Je sais que les personnages resteront toujours là à m'attendre, prêt à me laisser revenir dans leur univers.

 

 

 

 

La personne qui m'a aidé à prendre conscience de cet état des choses, m'a dit que le chemin compte aussi, et c'est vrai. J'ai sûrement appris beaucoup de choses avec ce roman, sur ma manière de travailler, mes points faibles, mes points forts aussi, les méthodes qui marchent pour moi (ou plutôt celles qui ne marchent pas, mais c'est déjà ça)...

 

 

 

 

Il faut du courage pour abandonner ou mettre de côté quelque chose, car il y a une décision à prendre. On en a d'abord peut-être pas conscience. Et tant qu'on repousse ce choix fatidique, on continue certes à avancer sur le projet en cours (ou pas) mais peut-être qu'on continue à aller nulle part ou à empirer les choses selon les nombreux problèmes que notre histoire recèle encore. Peut-être aussi qu'on ne s'autorise pas à commencer autre chose qui nous attire davantage car il ne faut pas se disperser (règle en général légitime, mais si de réelles envies sont enrayées, c'est dommage).

 

Les ressentis à ce sujet peuvent être très différents. J'avais pour ma part l'impression de me voiler la face, de ne pas oser m'avouer que je m'accrochais à ce roman simplement pour ne pas infliger à mon ego un "échec". S'en est peut-être un, car je ne sais pas si j'y reviendrai un jour, mais comme dit plus haut, l'aspect positif est aussi à considérer; j'ai travaillé, en un sens, je me suis entraîné et ces expérimentations ne sont pas du temps perdu. Tout est question de perspective.

 

Me connaissant, je vais encore me demander quelques temps si j'ai fait le bon choix, si ce n'était pas une erreur d'abandonner "si près du but" (qui sait le temps qu'il m'aurait encore fallu ?), mais si cela me permet entre temps de mettre le point final à d'autres projets, cela aura valu la peine et aura été, dans un sens du moins, un "bon choix". Et simplement pour le plaisir que je prends actuellement à étoffer mes nouveaux personnages, ce fut un bon choix.

 

Tout est relatif, et il vous appartient de déterminer ce qui est bon ou non pour vous, mais quand des sentiments positifs, moins que de négatifs, sont provoqués, cela me semble un bon indicateur.

 

 

 

 

Je vous souhaite un joyeux anniversaire - si c'est votre anniversaire - et  sinon une belle journée, ou une belle nuit !

 

 

Mais après le repos, au boulot !


15/06/2017
0 Poster un commentaire

Idée cadeau

Bonjour à tous !

 

 

Un peu d'activité sur ce blog que diable !

 

 

Alors alors, je vous reviens avec une petite idée cadeau pour vos amis.

Pourquoi ne pas écrire une petite histoire qui raconte votre rencontre et les moments passés avec un/e ami/e ?

N'hésitez pas à romancer certains passages ou même à les inventer carrément ! Si vous avez une bonne complicité avec la personne, cela peut être très drôle.

 

Commencez par la première fois ou vous l'avez vu. Dites tout ce que vous avez pensé de lui/elle à ce moment, si vous ne vous imaginiez jamais devenir ami(e) avec cette personne.

Puis les premières discussions, comment vous êtes-vous amadoué(e)s ? Les délires, tous ceux qu'il ne faut pas oublier. Le train-train quotidien, les vacances passées ensemble... et pleins d'autres choses ! Laissez parler votre imagination.

 

N'oubliez pas de faire une jolie couverture. Vous pouvez insérer des photos, des dessins, coller des objets symboliques pour vous deux.

 

 

Bref, je ne vais pas m'étaler d'avantage. Le but est d'avoir un beau cadeau personnalisé et de faire plaisir à vos proches =)

 

 

 

Dès l'année prochaine j'essaierai d'être plus présente sur ce blog, qu'il se remplisse un peu et en espérant qu'il vous soit utile.

 

 

Écrivez, écrivez et bonnes fêtes de fin d'année !

 


16/12/2013
0 Poster un commentaire

Les pubs de maisons d'édition qui pullulent sur internet

Bonjour bonjour,

 

Je viens de remarquer à l'instant que les pubs ciblées sur mon blog concerne l'écriture. C'est beau la technologie !

Mais c'est moins beau les pubs qui s'affichent...

Editions Mélibée, Thélès, Panthéon, Edilivre, Amalthée, Persée, Jets d'Encre, ....

Ils font tous de la pub. Et savez-vous pourquoi ?

Non, je ne vous le dis pas tout de suite.

 

Je vais commencer par vous parler du quotidien des maisons d'éditions. Ils croulent sous les manuscrits; ils en reçoivent chaque jour par dizaines, voire par centaine pour les plus grands. Ils ne savent plus quoi en faire, ils ne les lisent plus tous tellement ils s'empilent sur leurs bureaux.

Vous croyez qu'ils vont faire de la pub ? Pour en avoir encore d'avantage ? Alors qu'ils n'ont qu'à tendre les bras ?

Eh ben non.

 

Alors qui sont ces maisons d'éditions d'apparence magnifiques qui annoncent qu'ils lancent de nouveaux auteurs ? Cela s'appelle de l'édition à compte d'auteur, plus couramment nommé arnaque.

Le truc c'est que vous payez les corrections et l'impression de votre bouquin, puis sa diffusion et l'éditeur fait le boulot pour vous. Sauf que le mec, une fois le fric encaissé, il ne se bouge plus. Et si vous voulez faire quelques ventes il faudra prendre votre livre sous le bras et vous débrouiller tout seul...

 

Voilà pourquoi ils font de la pub. Ils acceptent tout le monde ! La qualité leur importe peu tant que vous les payez !

 

 

Bref, ne payez jamais un éditeur !

Un vrai éditeur prend un risque sur votre manuscrit. Il ne vous demande rien et en plus, il vous paie !

D'abord un à-valoir, c'est un peu comme s'il vous payait la matière première. Ensuite, pour chaque vente, vous touchez vos droits d'auteur. En théorie, chez les comptes d'auteur aussi, sauf que des ventes il n'y en aura pas...

 

S'il vous plaît, ne vous faites pas avoir par ces vils personnages !

(Parfois il y en a des plus honnêtes que d'autres. Si vous tombez sur un compte d'auteur qui fait bien son boulot, faites-moi signe ;)


13/08/2013
0 Poster un commentaire

Ecrire tous les jours; oui VS non

Un petit article pour parler de l'éternelle question:

Faut-il (se forcer à) écrire tous les jours ?

 

 

Plutôt oui car:

- Ainsi on ne perd pas le fil de l'histoire

- On évite des fautes de concordance

- Une pratique habituelle aide à se motiver

 

 

Plutôt non car:

- Se forcer à écrire conduit toujours à un résultat fortement améliorable

- Les idées doivent avoir le temps de reposer entre plusieurs séances d'écriture

 

 

Mon verdict

Il est mieux d'écrire le plus souvent possible temps qu'on ne se force pas. Mais vous n'êtes pas obligé d'écrire tous les jours. Laisser parfois quelques jours entre les séances permet d'avoir le temps de penser à son histoire.

Si vous n'avez plus écrit depuis un moment, essayez de vous remettre lentement dans le bain en relisant vos textes par exemple. Ménagez une petite place dans votre planning pour écrire. N'attendez pas de ne plus du tout connaître votre œuvre.

Si vous sentez qu'écrire vous manque, mais que vous n'arrivez pas à vous y remettre, faites un effort; pensez à la joie que ça vous apporte. Et allez-y !

 

Et maintenant je ferais bien de suivre mes propres conseils...

A+


07/06/2013
0 Poster un commentaire

Créer des personnages intéressants

Après bien des déboires personnels, je me décide à faire un article sur les personnages.

J'espère vous aider, mais je ne prétends pas détenir la vérité ultime...

 

Ce qui rend les personnages intéressants, c'est avant tout leur histoire. Quand l'auteur ne l'a pas écrit/imaginé, le personnage semble vide. Pourquoi ?

Parce que ce qui fait une personne, c'est son passé. Quelqu'un qui a vécu telle chose ne réagira pas de la même manière à une situation qu'une autre qui aura eu une enfance différente.

 

Oui, mais mon histoire parle de ce qui se passe à ce moment, pas avant...

Cela est vrai, c'est pour ça qu'il vaut mieux ne pas faire de longues descriptions sur le passé.

Mais le simple fait pour l'auteur d'avoir en tête le passé de son personnage le fera écrire différemment. C'est inconscient.

 

Bon, alors comment créer ce passé ? Comment l'insérer dans l'histoire ?

Pour retrouver le passé d'un personnage, vous pouvez procéder à l'envers. Pourquoi a-t-il fait ça ? Quelles sont les raisons qui l'y ont amené ? Et ainsi de suite, on remonte.

Si l'histoire n'est pas encore écrite, vous pouvez aller dans le bon sens. Commencer par imaginer des enfants puis continuer rapidement leur histoire jusqu'au moment que vous voulez raconter.

En marge de votre roman, vous pouvez même écrire des histoires complètes sur l'enfance de vos personnages pour bien vous en imprégner.

Ensuite, ne les ajoutez pas au roman, ça le surchargerait. Mais distiller quelques informations sur toute la longueur de l'histoire. Ainsi vos lecteurs connaîtront et comprendront mieux les actions de chacun.

 

Cela est particulièrement vrai pour les "méchants". Évidemment, dans chaque histoire il faut un méchant. Alors on va en mettre un. Mais s'il est juste méchant pour être méchant, ses actions n'auront aucun sens. Au début d'un roman, vous pouvez bien sûr laisser le lecteur dans l'ignorance, pour qu'il se pose des questions et ait envie de continuer sa lecture. Mais après, il faudra bien, d'une manière ou d'une autre, l'emmener à comprendre cet être noir. Le vengeance ? La jalousie ? Ou autre chose plus tordu encore ?

Prenons un instant Voldemort dans Harry Potter. Que fait-il ? Pourquoi ?

Voldemort a peur de la mort, il cherche sans cesse des moyens de la contourner. La pierre philosophale, la bague des Gaunt, les Horcruxes, ...

Parallèlement à ça, il est "fâché" d'avoir un père moldu et désire se venger de tous ses semblables. Ayant été élevé dans un orphelinat moldu, il a toujours détesté ces gens, les trouvant trop faibles. L'arrivée de Dumbledore qui lui annonce son statut de sorcier et l'emmène dans une école de sorcellerie et une libération pour lui. Enfin il sait qu'il n'est pas comme tout le monde, pas comme ces moldus, il a quelque chose de spécial...

 

Vous voyez, tout une histoire ! Pourtant il faut attendre le tome 6 pour apprendre tout ça. On n'a pas besoin de le savoir avant. Mais le personnage de Voldemort prend alors tout son sens. On le comprend. Mais on continue à le détester, parce que c'est quelqu'un de mauvais (et c'est ce que veut l'auteur).

 

Alors, des méchants, oui, mais profonds. Vivants.

Laissez-vous envoûter par vos propres histoires...


05/04/2013
4 Poster un commentaire